Sorting by

×
NigerTimes

4ème édition de la foire des semences couplée à la semaine du paysan : Quand SWISSAID et la plateforme paysanne du Niger fusionnent les deux évènements pour impulser la souveraineté agroalimentaire

Du lundi 20 au Jeudi 23 Mai 2024, la Plateforme paysanne en partenariat avec l’ONG internationale SWISSAID a organisé à Margou Béné, commune urbaine de Birni N’Gaouré, la 4ème édition de la foire des semences couplée à la semaine du paysan.

Notons la Présence du Ministre de l’Agriculture et de l’élevage, le Colonel Mahaman Elhadj Ousmane, qui a lancé officiellement les activités de ladite foire de Margou Bené.

Aussi, l’on note la présence du Gouverneur de la région de Dosso, le Général Iro Oumarou, le Secrétaire Général de la région et son adjoint, les préfets des départements de Dosso, Boboye et Doutchi, l’Adminsitrateur Délégué de la Commune urbaine de Birni N’Gaouré, le Représentant Pays de SWISSAID et son équipe, le Président de la plateforme paysanne, ainsi que des grands producteurs de semences et des paysans.

Il est désormais devenu une tradition pour SWISSAID qui est présent au Niger depuis 50 ans, d’organiser des événements dédiés aux producteurs et qui visent à leur faciliter une bonne production agricole, que ce soit en pleine campagne hivernale ou en campagne maraichère, a indiqué Monsieur Mahamane Rabilou Abdou, le représentant pays de SWISSAID NIGER.

Après trois éditions de la Foire des Semences ayant facilité l’achat des semences et d’autres intrants agricoles à plus de 25 000 paysans, la présente édition vise à fournir des semences à plus de 2 000 paysans, a-t-il ajouté avant de noter ceci :

« En plus de cela, dans le cadre de nos autres projets de développement, SWISSAID soutient plus de 30 000 producteurs dans la région de Dosso à travers des organisations paysannes, et elle intervient

Dans le cadre de la souveraineté alimentaire, tantôt avec des réalisations d’infrastructures agricoles, tantôt avec des renforcements des capacités généralement orientées sur l’agroécologie. »

En poursuivant, Mahamane Rabilou Abdou soutient que cette quatrième édition de la Foire des Semences couplée à la semaine du Paysan, vise particulièrement à soutenir les efforts déjà effectués par le Gouvernement du Niger pour une souveraineté alimentaire effective.

Ainsi, plusieurs autres activités sont prévues en marge de cet événement important dont le lancement par le préfet de Boboye du projet d’appui à la participation politique et économique des femmes et des jeunes PAPPEF /J DALLOL BOSSO, l’atelier de formation des journalistes sur les prévisions saisonnières et climatiques 2024, la présentation du DG de la grande muraille verte, etc…

Cette semaine du Paysan qui, cette année, est couplée à la Foire des Semences de SWISSAID, est un espace de dialogue que nous avons voulu entre les organisations paysannes et les plus hautes autorités, a déclaré Djibo Bagna le Président de la plateforme paysanne.

En dehors des représentants des grands réseaux d’organisations de producteurs, poursuit-il, cette semaine a enregistré des délégués des 265 communes du Niger ; elle a enregistré aussi des producteurs qui sont soutenus par SWISSAID et d’autres organisations de développement.

Néanmoins, la semaine se tient dans un contexte particulier car le Niger a été d’abord injustement censuré, ce qui a permis de rendre la situation extrêmement difficile au niveau du secteur rural, a déploré Djibo Bagna avant de noter :

« Ça nous a permis de perdre nos productions, Ça nous a permis de perdre nos animaux. Ça nous a permis de perdre beaucoup de nos produits et de nos actifs. Mais également, ça a été une opportunité pour nous de prendre conscience que nous ne pouvons plus compter sur un partenaire qui n’est pas sûr. Ça nous a donné plus de courage à ce qu’on puisse tourner notre orientation vers la souveraineté alimentaire, parce que c’est ce qui est le devenir de notre pays. C’est aussi un contexte marqué par des problèmes sécuritaires. Nous rencontrions chaque jour des producteurs qui ont quitté leurs villages, des éleveurs qui ne peuvent plus aller au pâturage, des pêcheurs qui ne peuvent plus aller aux fleuves, des femmes qui ne peuvent même pas aller dans les champs pour amener du mil. Ça a été une gangrène pour nous et ça continue d’être une difficulté. Mais c’est le lieu de remercier le Gouvernement pour les efforts car nous commençons à enregistrer des lueurs d’espoir. « 

Il s’est réjoui donc du fait que les producteurs commencent à regagner leurs villages et que les éleveurs espèrent retourner vers la transhumance.

Cependant, insiste Djibo Bagna, il y a encore des difficultés que la plateforme se doit d’énumérer au cours de cet espace de dialogue, pour non seulement avoir des orientations par rapport à la souveraineté alimentaire, afin d’avoir la même compréhension et mais aussi en termes de souveraineté alimentaire les producteurs doivent comprendre leur rôle et leur responsabilité, et connaitre le soutien politique pour aller vers cette souveraineté alimentaire.

Il n’y a pas un meilleur podium que cette plateforme paysanne pour assembler un brassage aussi divers du monde rural, rassemblant éleveurs, agriculteurs et tous les acteurs qui interviennent dans les deux domaines, qui sont les deux chevilles ouvrières du poumon économique de notre pays, a dit le General Iro Oumarou le Gouverneur de la région de Dosso, à l’entame de son discours.

Nous devons bouger sur les questions de sécurité, de paix, de fraternité, d’hospitalité, de solidarité, de cohésion sociale, de vivre ensemble et de stabilité au sein de nos communautés, a soutenu le Général Iro Oumarou avant de noter que  toutes ces thématiques  s’inscrivent parfaitement dans la bonne volonté des autorités du Conseil national pour la solidarité de la patrie, à la tête  duquel son Excellence le Général de Brigade Abdrahamane Tiani , chef de l’État, et son excellence  Monsieur Ali Mahamane  Lamine zéine, le Premier Ministre ,  chef du gouvernement, qui ambitionnent de  faire de nos terroirs un véritable espace de mobilisation de nos vaillantes populations pour un développement socio-économique nécessaire à l’atteinte de la souveraineté alimentaire.

En procédant au lancement officiel des activités de la Foire des semences couplée à la semaine des paysans, le Ministre de l’Agriculture et de l’élevage, le colonel Mahaman Elhadj Ousmane a tout d’abord salué cette initiative louable qui permet de renforcer durablement les capacités de production des producteurs agricoles, à travers les échanges sur les grands défis auxquels ils sont confrontés.

Mieux il s’agit d’une organisation d’un départ franc, direct et sincère, entre décideurs politiques au plus haut niveau et les productrices et producteurs agricoles du Niger, a-t-il souligné avant d’affirmer que cette édition se déroule dans un contexte socio-économique particulier, à raison des différentes sanctions économiques et restrictions imposées à notre pays par les organisations internationales et régionales depuis les événements du 26 juillet 2023.

En plus de ces effets, les chaînes d’approvisionnement aériennes sont également fragilisées par d’autres chocs, notamment sécuritaire, climatique et économique contribuant ainsi à la réduction de la disponibilité et de l’accès à des aliments sains et nutritifs, a-t-il poursuivi.

Face à ces défis, notre pays doit déployer, plus que jamais, des solutions à travers l’amélioration de la production et de la productivité, en vue d’assurer sa souveraineté alimentaire, rencherit-il.

Cela permettra d’améliorer les conditions de vie et construire un avenir meilleur, une croissance économique inclusive et une plus grande résilience de nos populations, a déclaré le Ministre qui revient au thème retenu cette année, rôle et responsabilité des organisations de producteurs dans l’atteinte de la souveraineté alimentaire du Niger dans un contexte d’insécurité , des réformes financières et un environnement financier fragile , pour rappeler qu’il cadre parfaitement avec les orientations contenues dans le programme de résilience pour la sauvegarde de la patrie.

Enfin il s’est dit regardant quant aux conclusions de ces échanges lors desquels les réflexions et consultations sont conduites autour des préoccupations majeures du producteur.

Peu avant la visite des stands, des bons-valeurs ont été solennellement remis aux producteurs agricoles et les officiels ont, à leur tour, reçu des semences de la part de l’ONG internationale Swissaid.

Enfin, notons que conformement au chronogramme, les quatre jours ont été émaillés et couronnés par des activités d’échange, des débats, de formation des acteurs agricoles et des présentations sur le changement climatique et la situation de la campagne agricole 2024.

Issa Moussa